A français, français et demi... ou demi-français

Publié le par Kristov

 

Constitution française :

ARTICLE PREMIER.

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales.

 

Proposons une loi, parce que comme tout le monde le sait, une nouvelle loi c'est une solution radicale à tous les problèmes :

Nicolagité veut que la nationalité française puisse "être retirée à toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte" à la vie d'un policier, d'un gendarme, ou de tout autre "dépositaire de l'autorité publique".

Moui... réfléchissons 2 secondes, "origine étrangère", c'est quoi ? Au bout de combien d'années ou après combien de générations est-ce qu'on arrête de considérer qu'on est d'origine étrangère mais bien français "de souche" ? Ensuite, posons-nous deux simples questions : égalité devant la loi, ça veut dire quoi ? Et "sans distinction d'origine, de race ou de religion" est-ce que c'est juste pour faire joli qu'on a mis ça dans la Constitution ?

Question 1 : ça veut dire, à crime/délit identiques, les peines encourues sont identiques aussi.

Question 2 : ça veut précisément dire qu'on n'a pas le droit de faire la différence entre un français et un "demi-français". On a seulement le droit de faire la différence entre un français et un étranger (d'un point de vu légal, je ne parle pas de la morale). A moins que N.S. (Népote Suprème ?) considère qu'on peut être français sans être citoyen (après tout la Constitution parle d'égalité entre citoyens, pas entre français)...

Enfin, cette loi sera certainement de la meilleure utilité, puisqu'il est évident qu'il n'y a absolument QUE les "demi-français" qui portent atteinte volontairement aux "dépositaires de l'autorité publique" (quelle est l'utilité d'une loi dont on va se servir 1 fois tous les 30 ans ?).

Dans son programme électoral de 2007, notre présidentissime a quelque peu oublié de nous faire savoir qu'il voulait remplacer la Constitution par la Sarkonstitution.

 

Mais ce n'est pas tout (ça serait trop beau). Pour notre Brise Porte-feux (de-la-révolte), il faut étendre cette loi à encore plus de cas, notamment : la polygamie, l'excision, la traite d'êtres humains ou les actes de délinquance grave.

Heu... alors soyons clair, l'excision ainsi que le traite d'êtres humains sont des pratiques inhumaines et lourdement condamnables. La polygamie... je conçois qu'on puisse la déclarer hors-la-loi et la condamner, d'autant plus quand le polygame assume une double-vie pour cacher sa polygamie à ses différentes femmes, mais de là à en faire un crime passible de déchéance de nationalité il y a un grand pas à franchir je trouve. Ensuite, je me pose une question : c'est quoi un acte de délinquance grave ? Si c'est classé dans la délinquance, c'est que c'est un délit, donc moins grave qu'un crime. De plus, à partir de quelle gravité peut-on estimer que le délit est grave ? Moi j'estime personnellement que la corruption, le détournement de fonds publics, et l'abus de pouvoir sont au minimum des délits grave, limite des crimes. Il faut donc déchoir de leur nationalité tous les coupables de ces méfaits. Je serais étonné de voir beaucoup de nos politiciens conserver la nationalité française...

Notre ministre de l'intérieur veut donc se débarrasser de la délinquance en deux temps :

  • premier temps déchoir de la nationalité française tous les délinquants

  • deuxième temps : raccompagnement à la frontière (laquelle ?) de ces nouveaux étrangers (logique, ils sont devenus étrangers, mais ils n'ont pas de visa ni de carte de séjours, ils sont donc en situation irrégulière, allez hop ! Tout le monde dehors !)

 

Bientôt, on ajoutera une loi de prévention de la délinquance par le fichage des populations à risque (ah bon, c'est déjà fait ? Ah ben zut alors), qu'on complètera par une déchéance préventive de nationalité et d'un raccompagnement à la frontière, parce que les analystes des fichiers EDVIGE et compagnie estimeront que "il y a 78% de chances que dans les 12 années qui viennent le jeune Ahmed Bensoussan, 5 ans, en classe de maternelle à Villiers-le-Bel devienne un voleur de scooter."

La Sarkonstitution va semble-t-il vite laisser la place à la "CasstoipovConstitution".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article