Carla Bruni-Cramoisie

Publié le par Kristov

Je sais, je sais, ça fait une éternité que je n’ai rien écrit. Non pas que je n’avais rien à dire, puisque la politique n’est qu’une succession de scandales, mais je manquais de motivation et de temps.


L’ex « première dame » est au centre d’un scandale qui comme beaucoup en matière de politique me donne une furieuse envie de vomir. Mais je reviens d’abord sur le terme « première-dame » :

C’est sensé être un terme désignant la femme du président de la république. C’est un terme inadapté : la soit-disante « première-dame » n’est pas élue, et elle n’a aucun statut ni fonction étatique légitime. En quoi cette « dame » est-elle la première ?  Est-elle plus importante que ma femme ou que la votre ? Clairement non. A-t-elle plus de droit ou de pouvoir que les autres dames ? Légalement non. Elle en aurait d’ailleurs plutôt moins : en tant que femme du président, elle a plutôt un devoir de réserve.

Le cas de Carla est encore « pire » : elle n’est pas la première dame de Sarkolagité, mais sa troisième femme. Elle n’est pas non plus la première française, et de loin, puisqu’elle ne s’est faite naturalisé française  qu’en 2008, après son mariage avec Sarkobling (je ne sais pas d’ailleurs si tous les critères exigés légalement pour la naturalisation étaient bien réunis ou si sont président de mari a poussé un peu les choses, il faudra que je me renseigne). Par ailleurs, ce n’est pas une « dame » au sens noble du terme, c’est une star qui, il faut bien l’avouer, va parfaitement de paire avec l’ancien prési-people-bling-bling-ami-des-riches-casse-toi-pov-con.


Donc, revenons au sujet principal de cet article, cette ex- « première-dame » s’est fait faire un site internet pour sa fondation, pour la modique somme de 400000€ (j’ai arrondis hein, on n’est plus à quelques dizaines de milliers d’euros près), qu’elle avait largement les moyens de payer elle-même soit dit en passant, mais dont la facture a été rêglée par l’Elysée / l’Etat / vos impôts / dont l’argent pour payer la facture a été volé dans votre portefeuille. Quel est le problème me direz-vous, c’est pas une petite dépense de rien du tout comme ça (30 ans de smic net, une broutille quoi) qui va changer quoi que ce soit à la dette publique, au point où elle en est.

 

Et bien le problème, en fait, c’est « leS problèmeS » : il y en a deux.

  •  Puisque la « première dame » n’a aucun statut étatique légal, ses dépenses personnelles et/ou caritatives n’ont pas à être prise en charge par l’état.

 

  •  Si l’état doit payer un prestataire pour faire quoi que ce soit, il se doit de faire un appel d’offre. Or, au vu du site incriminé, il est impossible qu’il y ait eu un appel d’offre non truqué : le site en question, fait sous Wordpress, ne justifie pas un prix aussi démesuré. Tous les professionnels, qu’ils soient indépendants ou en agence, estiment que ce site aurait dû être facturé entre 3000€ et 20000€ à l’extrème maximum. Il a donc été facturé entre 20 et 130 fois trop cher. Il y a donc forcément eu entente, hors appel d’offre ou avec appel d’offre bidon, pour donner le contrat juteux (avec ou sans retro-commission, il faudrait qu’une enquête soit faite pour le déterminer) à des copains.

On a donc à faire à un triple détournement de fonds publiques : détournement 1 = prise en charge illégale par l’état ; détournement 2 = attibution illégale du contrat ; détournement 3 = surgonflement de facture.

1789 n’a finalement pas changé grand chose, l’aristocratie est toujours là, le problème c’est que le droite et la gauche sont exactement pareilles, et voter encore plus blanc aux élections n’enlève pas l’aristo-crasse.

Publié dans atteinte à L'Egalité

Commenter cet article