- L'imposture du vote en deux tours -

Publié le par Kristov

Il y a une manipulation médiatique dont on ne parle pas assez, et qui est rendue possible par le principe même d'une élection présidentielle en deux tours.

 

Cette manipulation la voici shcématisée :

 

question de sondage : pour qui voterez-vous au premier tour ? Et quelle que soit la réponse du sondé, la question suivante c'est "et au deuxième tour, vous voterez PS ou UMP ?". Le message subliminal qui participe à la manipulation des masses c'est : Le premier tour ne sert à rien, de toute façon au deuxième tour il faudra choisir entre PS et UMP.

 

Donc, on décourage les gens à s'intéresser aux autres partis politiques. Et ça, tout au long de la campagne ! Bien sûr je schématise et simplifie, mais même si la question pour le second tour comporte 2 ou 3 autres partis dans les possibilités de réponse, on est très loin de représenter tous les choix possibles : en 2002 il y avait 15 formations politiques avec un candidat, en 2007 il y en avait 12, donc pas mal de choix et mathématiquement beaucoup de combinaisons possibles pour le deuxième tour, avec 15 candidats au premier tour, il y a mathématiquement 105 configurations possibles au deuxième tour, et avec 12 candidats au premier tour il y a 66 second tours possibles.

 

Le deuxième problème du système actuel, c'est qu'au deuxième tour on ne vote pas forcément POUR un candidat, mais souvent CONTRE un candidat. On a bien vu en 2002 que Chirac avait remporté 82.21% des suffrages exprimés - et non pas 82.21% de la population censée voter, soit dit en passant - mais on ne peut pas dire que 82% des gens ont voté pour lui, c'est un certain nombre de gens qui ont voté pour lui, et un certain nombre de gens qui ont voté CONTRE le Front National. On dit souvent qu'au deuxième tour, on vote pour le "moins pire" des candidats restants. Et en effet, entre le mauvais et le pire, on préfère encore élire le mauvais.

 

Le fait qu'on soit obligé de voter CONTRE un candidat est complètement anormal, sur un sujet aussi important que l'élection du président de la République, celui qui est censé diriger le peuple pour l'intérêt du peuple. D'autre part, les candidats éliminés au premier tour pourraient très bien pour l'un d'entre eux en tout cas s'il était présent au second tour y remporter plus de voix que les deux candidats "qualifiés" initialement pour le second tour. Il est parfaitement possible que ceux qui ne votent ni PS ni UMP au premier tour voudraient bien continuer à voter CONTRE le PS et CONTRE l'UMP au deuxième tour s'ils en avaient la possibilité.

 

Ces deux problèmes en génèrent un troisième : les votes "utiles". Ce que l'on appelle à tort "vote utile" est le fait de voter non pas pour le candidat qui a notre préférence, mais pour le moins mauvais parmi ceux dont on pense qu'ils ont une chance d'accéder au deuximème tour. Cette notion de vote utile nous dit en substant "voter pour autre chose que les 2 ou 3 principaux partis politiques ne sert à rien". Donc on nous dit "ne dit pas ce que tu penses, vote pour les élites en place pour qu'elles restent au pouvoir".

 

Pour avoir un vrai vote démocratique, pour avoir un vrai aperçu de l'opinion publique, il ne faut qu'UN SEUL TOUR, mais bien sûr en changeant le principe de ce vote :

Pas de bulletin nominatif pour chaque candidat (ça fera une économie de papier, soit dit en passant), mais UN bulletin unique comportant une grille avec tous les candidats, et des cases à cocher pour que chaque votant puisse donner son premier choix, son deuxième choix, son troisième choix, ... bref un choix de moins que le nombre de candidats. Cela permettrait d'avoir UN SEUL VOTE qui prenne en compte TOUS LES CAS DE FIGURE de second tours actuels.

Voilà à quoi devraient ressembler nos bulletin de vote :

  candidat 1 candidat2 candidat3 candidat4 candidat5 candidat6
choix 1   x        
choix 2       x  
choix 3 x          
choix 4           x
choix 5
      x    

 

Publié dans atteinte à L'Egalité

Commenter cet article

Jérémie 30/01/2012 16:54

...et le vote blanc, non de Zeus !
Il doit être pris en compte et pas considéré comme un vote nul. Ca pourrait être une contrepartie d'un vote OBLIGATOIRE.

...même si on nous a bien fait comprendre que le vote ne sert à rien puisque pour le référendum de la constitution européenne, on nous a dit qu'on avait mal voté et que maintenant on (les
politiques) va le faire à notre place. C'est presque un coup d'état et c'est passé comme une lettre à la poste...

fredd 10/01/2012 11:12

Bien vu!